1. Snowglobe Reply

    Une personne qui s’était déjà fait voler son identité proposait de noter en travers et en gros sur les documents envoyés « Usage unique pour la société XXXXX + DATE »
    L’avantage de cette solution, et que cela décourage les personnes malveillantes de réutiliser ce type de documents car plus contraignants à modifier.
    Mais vos documents peuvent mettre plus de temps à être acceptés par les systèmes de traitement automatique.

  2. Electron Reply

    Bonjour Mr Bancal,

    Très intéressant.

    Il est clair que pour le commun des mortels, ça ressemble fortement à de la paranoïa 😉

    Si je parle de ça autours de moi, ils vont me trouver plus bizarre encore 🙂

    Mais comme disait Pierre Desproges : »Je sais que je suis paranoïaque, mais ce n’est pas parce que je suis paranoïaque qu’ils ne sont pas tous après moi. »
    C’est vrai que l’un n’exclus pas l’autre… 😉

    Bon ici, c’est plus les données qui intéresse les fraudeurs, plutôt que les personnes. Mais l’impact sur les victimes est loin d’être négligeable.

    Pas sûr de mettre en pratique ce genre de chose (une contrainte de plus ?). Ça ouvre tout de même les yeux sur un risque potentiel avec quelque techniques pour gérer nos données.

    Encore merci pour l’article.

    Bien à vous,
    Electron.

  3. JPPing Reply

    Génial. Merci beaucoup.

  4. Matth F Reply

    Hello Damien,

    pas con l’idée du code-barre, des petits points ou des « trous bouchés », mais cela suppose, pour identifier une fuite, de tomber sur le document original (ou sa version scannée), ce qui AMHA est extrêmement peu probable vu que les données recueillies vont sûrement finir dans une base de données quelconque (ou un .xls). Je n’imagine pas les personnes en train de faire « fuiter » des données personnelles en train de transmettre des scans de documents remplis à la main (et encore moins des feuilles de papier).
    Concernant les mots de passe, c’est une excellente idée d’avoir des mots de passe différents selon les sites, mais pourquoi se compliquer la vie avec un préfixe (92=Fnac, 93=Amazon, …) + une base « As82t9!Pg*Jf566 », alors qu’un simple « FNAC_As82t9!Pg*Jf566 » ou « AmaZon_As82t9!Pg*Jf566 » ferait l’affaire plus simplement tout en allongeant d’autant ledit mot de passe ?

    Merci pour « OnOff » que je ne connaissais pas 😉

    • Damien Bancal Reply

      Bonjour Math,
      Vous seriez étonné du nombre de document que des associaions, écoles, … scannent pour une question de « confort » et qui sont ensuite stockés sur le web.

      Cordialement

    • Damien Bancal Reply

      En ce qui concerne le prefixe, je le deconseille. Dans les bases de données que je peux voir (une dizaine par jour) à la revente dans le deep web et blackmarket, les pirates ne savent pas obligatoirement d’oû proviennent les informations. Leur fournir cette indication « FNAC_As82t9!Pg*Jf566 » ou « AmaZon_As82t9!Pg*Jf566 » leur indique déjà la source du précieux sésame 🙂

Laisser un commentaire

*