Un internaute vendait du DDoS

Prison ferme pour le pirate russe, auteur de Blackhole

L’affaire autour du code malveillant Blackhole vient de se conclure à Moscou. Sept pirates informatiques jugés. Prison ferme pour le pirate et auteur de Blackhole.

Un tribunal de Moscou a condamné, la semaine dernière, sept pirates informatiques pas comme les autres. Déjà, il est très rare de lire que des pirates Russes finissent devant la justice du pays. La « régle » était simple pour les malveillants 2.0 locaux : vous ne touchez pas à la mère patrie, la mère patrie ne vous touche pas.
Seulement, certains pirates se sentent supérieurs à la moyenne (ils sont 99,9% dans ce situation). C’est le cas de Pauch et de six de ses amis. Pauch, c’est l’auteur du code malveillant Blackhole. Un logiciel dédié à l’infiltration et à l’espionnage bancaire.

Prison ferme pour le pirate russe papa de Blackhole

Blackhole a été, durant plusieurs années, le responsable d’un grand nombre d’infections informatiques et vols de données bancaires. Les autorités américaines, mais Russes aussi, indique que Blackhole a probablement contribué au détournement de dizaines de millions de dollars via les comptes bancaires de petites et moyennes entreprises. Le tribunal de Moscou indique que « les dommages causés par les actions des pirates est estimé à plus de 25 millions de roubles ». Selon l’agence de presse ITAR-TASS, Dmitry « Pauch » Fedotov a été condamné, le 12 Avril, à sept ans de prison. Les amis de Pauch écopent de 5 à 8 ans.

BlackHole, un outil multi taches

En 2012, je vous expliquais comment Black Hole avait été utilisé contre plusieurs sites Internet du gouvernement Taïwanais. Une attaque qui avait permis aux malveillants, très certainement des clients de Pauch, de rediriger les visiteurs des pages web malmenées sur le kit exploit BlackHole. Plusieurs sites du gouvernement de Taiwan, dont celui de la Culture et du Tourisme avaient été impactés. Le pirate avait fait de manière à infiltrer, aussi, les espaces de courriers électroniques (webmail) des ministères.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Poster un commentaire