troll

Une police spécialisée dans la chasse au troll

Le Maire de Londres lance une police Internet dédiée uniquement au troll et aux messages haineux en ligne.

Voilà une idée intéressante, payer des policiers pour faire la chasse aux trolls sur Internet. S’il fallait définir un troll sur les Internets, nous pourrions le définir comme un personnage malfaisant. Sa mission « intellectuelle », perturber une discussion, un site, un forum en multipliant les messages haineux, vulgaires et sans intérêts. Un Troll se vexe facilement, il peut rapidement devenir méchant. On le reconnaît assez facilement par ses tics de langage, ses nombreux smileys. Pour répondre à un Troll, la meilleure des solutions est de ne pas lui répondre.

Le maire de Londres a décidé de prendre une autre direction. Via le Mayor’s Office for Policing And Crime (MOPAC), le bureau en charge de la police et du crime, le premier magistrat de Londres souhaite répondre à leurs actes malveillants par le biais d’actions de la police et de la justice en lançant une « Online Hate Crime Hub« . Bref, une section spéciale de la police qui aura pour mission de traquer les trolls. Autant dire que les policiers ne sont pas couchés. Le nouveau maire de Londres, depuis mai 2016, Sadiq Khan, souhaite un partenariat avec les entreprises de médias sociaux tels que Twitter, Facebook, … « Le but de ce programme est de renforcer la police et la communauté pour répondre à ce type de criminalité croissante » ai-je pu lire dans le document diffusé sur le site Internet officiel de la Mairie de la Capitale Anglaise.

Do not feed the troll

Pour cette lutte, qui avouons le de suite risque d’être perdue d’avance, le bureau du maire de Londres va débourser 1.730.726 £. De l’argent des contribuables à destination de la police en ligne. Le but de ce programme est de renforcer les autorités policières en mettant en place une équipe de police dédiée. Elle sera formée « de volontaires ».

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Poster un commentaire