Pirates Malaisiens arrêtés, les complices Chinois dans la nature

Le FBI stoppe les agissements d’un groupe de pirates informatiques connus sous le nom d’APT41. Deux pirates malais arrêtés, leurs complices chinois ont disparu.

Le ministère américain de la Justice a révélé les identités de deux pirates malais et de cinq chinois membres présumés du groupe APT41 (Advanced Persistent Threat 41). Les 7 personnes, innocentes jusqu’à preuve du contraire, sont accusées par le Département de la Justice américaine d’avoir orchestré une centaine de piratages d’entreprises privées et publiques.

Selon le FBI, le gouvernement Chinois ne serait pas derrière les agissements de ces pirates, mais aurait profité, indirectement, de leurs actes malveillants.

Les deux « malaisiens » ont été arrêtés le 14 septembre. Les cinq Chinois semble avoir réussi une fuite derrière la Grande Muraille. Zhang Haoran, Tan Dailin, Jiang Lizhi, Qian Chuan, Fu Qiang se retrouvent dans la ligne de mire du FBI. A noter que deux des individus ne sont pas inconnus. Zhang Haoran, Tan Dailin avaient déjà été inculpés en août 2019.

Parmi les pays visés par leurs attaques : la Thaïlande, les USA, le Royaume-Uni, le Vietnam ou encore l’Inde et le Brésil.

Source : DoJ

Ces présumés pirates agissaient, selon l’acte d’accusation des autorités américaines, depuis 2012.

Le DoJ indique que dans cette affaire, la justice pourra saisir ce qu’elle considère comme du matériel (physique et numérique) ayant été utilisé dans les actes malveillants « Des centaines de comptes, de serveurs, de noms de domaine utilisées par les accusés pour mener leurs intrusions informatiques.« 

APT 41 est aussi connu sous différents noms : Barium, Winnti, Wicked Panda ou encore Wicked Spider. Les autorités américains soulignent l’implication de Microsoft, Google, Verizon et Facebook dans l’aide apportée pour arrêter ce groupe.

Le document (acte d’accusation) du DoJ est particulièrement intéressant à lire avec des retranscriptions de discussions entre les pirates dont celle concernant les cyberattaques à l’encontre des universités de Hong Kong et Taïwan.

  1. Denis Udrea Reply

    Juste pour la bonne forme on ne dit pas, pour nommer les habitants de Malaisie, « malaisien » mais « malais »
    Mais merci pour l’article en particulier et surtout pour l’ensemble que je suis depuis pas mal de temps avec beaucoup d’intérêt

    • Damien Bancal Reply

      Bonjour Denis,
      Merci pour cette correction. J’ai oublié de corriger quand j’ai relu… Double faute pour moi 🙂
      Cordialement

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Poster un commentaire