1. Tonio Reply

    Bonjour,

    Je n’ai pas vérifié moi-même les données personnelles divulguées. Mais votre article est très approximatif et a été relayé. L’information principale y est, mais attention au vocabulaire et sens des mots :
    – est-on sûr qu’il s’agit de données “sensibles” au sens GDPR du terme ? Il y a une liste précise de ce qu’on considère comme “sensible” dans GDPR : exemple: appartenance religieuse, appartenance syndicale, etc. Est-ce bien ce type d’informations ? Si oui, dire pourquoi dans votre article.
    – Le RGPD rend le prestataire responsable à égalité avec le responsable “commanditaire” du site web. Donc très probablement et logiquement, ce sera le prestataire qui devrait être condamné et non le “pays” comme annoncé dans votre titre ;
    – D’ailleurs en parlant du titre de votre article, ce n’est pas le “pays” qui serait condamné mais bien une entité publique précise bien identifiée dans ce pays. Enfin, le RGPD ne “condamne” pas, c’est le texte de loi. C’est l’autorité de régulation locale compétente qui condamne !

    Un petit travail d’ajustement aurait été nécessaire pour faire un article juste.

    Cordialement.

    • Damien Bancal Reply

      Bonjour,
      Merci pour votre précision. Par données sensibles, les pièces d’identités et les mails des personnes impactés.
      En ce qui concerne le prestataire et le commanditaire, ZATAZ le sait bien. La condamnation de Darty et de son prestataire est suite à une découverte/révélation de ZATAZ.
      Le titre a un ? Une manière d’interpeller.
      Pour ce qui est du pays et de son entité publique. Si condamnation il devait y avoir, ce qui ne risque pas d’arriver, l’entité (Ministère) “fuiteuse” représente le pays.

      Merci pour votre ajustement juridique

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.