L’Union européenne infiltrée par des pirates informatiques

otage numérique Affaires Étrangères Union européenne

Durant 3 ans, la diplomatie de l’Union européenne infiltrée par des pirates informatiques. Des milliers de câbles volés.

L’Union européenne sous cyber surveillance chinoise depuis 3 ans ! Selon le New York Times, des pirates informatiques se sont invités dans les secrets de la diplomatie de l’Union européenne. Ils ont volé des milliers de câbles secrets. La source du prestigieux journal américain, la société Area 1 (fondée par trois anciens de la NSA) qui a pu fournir plus de 1.000 câbles. Pour Area 1, les pirates sont des employés de l’Armée populaire de libération, l’armée de Chine populaire.

Cette fuite de câbles européens rappelle la publication par WikiLeaks de 250 000 câbles du département d’Etat US en 2010. La version 2018 est cependant moins volumineuse. La fuite se compose de documents classifiés de « bas niveau » tamponnés comme étant « limités » et « restreints ».

Chierchier !

Les pirates ont aussi infiltré les Nations unies, le syndicat américain AFL-CIO et plusieurs ministères des Affaires étrangères et des Finances à travers le monde.

Devons-nous regarder d’un œil nouveau le piratage de plus de 500.000 données appartenant à des Français utilisateurs du système Ariane ?

Les techniques utilisées ressemblaient à celles utilisées par une unité d’élite de l’Armée populaire chinoise.

Les câbles ont été postés sur un site Internet ouvert que les pirates ont mis en place au cours de leur attaque. Les câbles piratés comprennent des mémorandums de conversations avec des dirigeants d’Arabie saoudite, d’Israël et d’autres pays partagés au sein de l’Union européenne.

Grand rattissage

Le contrôle de l’énergie est une guerre « sous le rideau » qui incite les amis d’aujourd’hui à regarder au dessus de l’épaule des petits camarades. La Chine est le plus gros investisseur dans la recherche et l’exploitation des énergies fossiles et dans les énergies renouvelables ; Les USA sont devenus, en 2018, le plus gros fournisseur de pétrole ; et l’OPEP n’a pas réussi à bloquer les USA à faire dégringoler le baril de brut. Autant dire que connaître les petits secrets de « Pierre-Paul-Jacques » est le nerf de la guerre.

Pour rappel, en 2017, entre le 27 février et le 1er mars, la Chine avait été montrée du doigt pour avoir lancé une opération de piratage informatique baptisée « TradeSecret ». Un cyber espionnage (APT10) à l’encontre de personnalités du web comme les patrons d’Amazon, de Microsoft, de Google, d’IBM, de Visa, d’eBay ou encore de Cisco et le conseil d’administration du NFTC. Le NFTC regroupe les acteurs clés de la nouvelle politique économique et commerciale du gouvernement Trump.

En 2015, le président Obama et le président Chinois Xi Jinping étaient parvenus à un accord historique afin de réduire les opérations d’espionnage numériques contre les autres pays… mais ça, c’était avant !

  1. Stephane Reply

    Le lien « Selon le New York Times » envoie sur ibtimes.co.uk

  2. fmacron Reply

    Rien à foutre, de toute façon l’Europe comme vous dîtes vit ses derniers jours 😉 et c’est tant mieux…

  3. Smith Reply

    Hi, 1.000 câbles ? Que signifie 1000 câbles ?

    • Damien Bancal Reply

      Bonjour,
      effectivement, j’aurai du définir ce mot. Il s’agit, rapidement, de fax/telex. Forme de communication exploitée par les ambassades, …

  4. Sylvain Reply

    Le lien vers le New York Times pointe sur un article de 2017 publié par ibtimes.co.uk et la source du NYT manque. Cordialement,

    • Damien Bancal Reply

      Bonjour,
      Fichtre, inversion de lien.
      corrigée, merci.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Poster un commentaire