NIS corriger une fuite de données Infraction de sécurité

Il piège les ordinateurs de son université avec un Keylogger

Un étudiant de HEC, élèves au sein de l’Université de Lausanne, avait piégé les ordinateurs de la fac pour intercepter les secrets de ses camarades.

L’utilisation d’un keylogger n’a jamais été aussi simple aujourd’hui. Pour rappel, ce logiciel a pour mission d’intercepter les frappes effectuées sur votre clavier. Certains couple leur action par une interception des informations envoyées par la souris. Bref, un outil d’espionnage numérique qui peut être caché dans un ordinateur, une tablette ou un smartphone (ordiphone).

Bilan, l’université de Lausanne a lancé un alerte, mi-février, à la suite de la condamnation d’un ancien élève.

Keylogger versus photos intimes !

Le jeune homme, étudiant en HEC, avait piégé de nombreux ordinateurs de la fac. Mission, intercepter les petits secrets des autres pensionnaires de l’école. Arrêté en novembre 2017. L’université commence à se délier la souris. Il faut dire aussi que l’attaque a durée 1 an, dès l’hiver 2017. 2700 comptes personnels ont été impactés. 260 élèves ont été piratés : données bancaires et photos intimes. Dans un cas, révélé par la Tribune de Genève, le pirate a pu subtiliser de la cryptomonnaie.

Bref, l’étudiant pirate se retrouve avec de nombreuses plaintes : université, étudiants piratés …

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Poster un commentaire