Piratage du MUNI, les transports en commun de San Francisco

Mieux que le jeu Watch Dogs 2 : Le MUNI, les transports en commun de la ville de San Francisco, piraté.

Piratage à San Francisco du Muni ! Cette fois, il ne s’agit pas de Watch Dogs 2. Je vous alertais, samedi sur Twitter, d’un message envoyé par un de mes amis à San Francisco. Des « you hacked » s’affichaient à l’écran alors qu’il souhaitait acheter ses tickets de métro. Bilan, confirmation du piratage de l’informatique du San Francisco Municipal Railway par la régie elle même.

Plus connu sous le nom de Muni, la compagnie de transport public de la ville Californienne a dû bloquer l’ensemble de ses bornes qui permettent d’acheter des billets pour ses bus et autres trams. Muni est la 7e plus grande compagnie de transport public aux États-Unis. Les voyageurs ont pu utiliser les transports en commun gratuitement.

Vous avez été piraté, il faut payer !

Ce dimanche matin, les responsables de l’entreprise ont déclaré que les portes et les machines des stations de métro ont connu des pannes depuis vendredi après-midi. La plupart des retards et autres problèmes sont apparus samedi après-midi. Le porte-parole de la SFMTA, Paul Rose, a confirmé que les stations avaient été piratées et que les systèmes avaient été compromis.

Muni a été ciblée par une attaque de ransomware. Suite au blocage d’un quart de ses ordinateurs, la régie s’est vue contrainte d’offrir les transports à ses utilisateurs pendant une journée, alors que les pirates réclamaient une somme de 50 millions de dollars pour libérer les ordinateurs de leur chiffrement. La situation s’est toutefois débloquée assez vite notamment car la régie disposait d’une sauvegarde complète de son système qui a été redéployée sur son réseau.

  1. Gagak Reply

    Bref……Mais où est donc passée la septième compagnie ? 😀 😉

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Poster un commentaire