groupes terroristes

Rage quit pour groupes terroristes dans les jeux vidéo en réseau

En décembre 2015, le Député Alain Fauré (PS), demandait au Ministère de l’Intérieur sa position sur l’utilisation des jeux vidéo en réseau par certains groupes terroristes. Un an plus tard, l’Intérieur répond.

C’est Alec Archembault, sur Twitter, qui m’a mis la puce à l’oreille au sujet d’une question d’un Député au Ministère de l’Intérieur concernant l’utilisation des jeux vidéo en réseau par certains groupes terroristes. L’homme politique de l’Ariège, Alain Fauré, demandait à la veille de Noël « s’il ne faudrait pas mobiliser rapidement l’ensemble des acteurs du secteur, pour explique-t-il, améliorer l’identification des terroristes sur les plateformes de jeux vidéo, de contrer leur propagande et d’intercepter leurs messages.« 

J’avoue croiser, mais heureusement cela est rare, des personnes posant d’étonnantes questions politiques/religieuses alors que ça « fight » sévère en ligne. On croise, malheureusement, beaucoup plus de joueurs hurlant des propos racistes ou des phrases que l’on a pu entendre de la bouche de terroristes avant de se faire exploser, par exemple. Sans parler de certains joueurs fabriquant de la propagande à partir de jeux vidéo comme j’ai pu le révéler en 2015 avec le détournement de GTA, ou encore en 2016, avec un jeu proposant de tirer sur le Président des Etats-Unis d’Amérique, Barack Obama. Mais, pas de panique, les joueurs veillent, aussi et n’hésitent pas à remonter les débordements. Le jeu vidéo n’est pas un repaire de malades, terroristes, dangereux sociopathes, en tout cas, pas plus que dans le café de votre quartier ou dans la salle de réunion de votre entreprise.

Le Ministère de l’Intérieur a répondu à cette question, fin décembre 2016. En voici le contenu : « L’utilisation de consoles bénéficiant d’une extension en ligne ou de jeux vidéo en ligne multi-joueurs par certains groupes terroristes ne peut être exclue. Ces jeux permettent à leurs utilisateurs d’échanger pendant qu’ils jouent, et peuvent, de la même façon que les réseaux sociaux, être utilisés à des fins d’endoctrinement mais également de rencontre. Ils font, de ce fait, au même titre que tout autre moyen de communication, l’objet d’une surveillance, notamment par les services de renseignement. Par ailleurs, au titre de l’article 6. I. 7 de la loi pour la confiance dans l’économie numérique du 21 juin 2004, les éditeurs et les hébergeurs de jeux en ligne sont dans l’obligation de mettre en place un dispositif de signalement facilement accessible, permettant à toute personne de porter à leur connaissance toutes activités illicites, et d’informer promptement les autorités publiques compétentes de comportements illicites qui leurs seraient signalés et qu’exerceraient les destinataires de leurs services. Le ministère de l’intérieur demeure particulièrement vigilant face à cette problématique et aux possibilités de détournements des jeux en ligne. » Bref, la DGRI, la DGSE, le C3N de la Gendarmerie… veilleraient donc pendant Steep, Battlefield1 et autres WatchDogs 2.

N’hésitez pas à contacter ZATAZ, via la page « Combattre la propagande sur Internet« , pour remonter les liens, sites, forums, tweets… que vous pourriez croiser sur les Internets et qui proposent de transformer la liberté de penser, d’agir, de rêver, en charnier de haine et de violence. Attention, ne cherchez pas ! Uniquement dans le cas ou vous croiseriez ce genre de données. N’hésitez pas à visiter le site stop-djihadisme.gouv.fr. (AA)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Poster un commentaire