Charlie Hebdo, ciblé dans le journal d’Al Qaida

En 2013, ZATAZ.COM vous présentait le contenu du journal Inspire, un magazine électronique signé par des adeptes d’Al-Qaeda. Le directeur de la publication de Charlie Hebdo, Charb, était cité dans les cibles à abattre !

Les services de renseignements de l’Oncle Sam expliquaient, en juin 2013, avoir réussi le piratage du magazine Inspire, le journal numérique pro Al Qaeda. Un coup de comm’ du département de la justice US pour tenter de contrer la sortie du 11ème numéro de ce support PDF pro djihadiste.

ZATAZ.COM vous montrait à l’époque le contraire en expliquant que la copie de ce support de propagande nauséabond se retrouvait sur de nombreux sites aussi malsains. Le crime de ce 07 janvier à l’encontre de 12 personnes (8 journalistes de Charlie Hebdo, des policiers, un technicien, un économiste et le créateur d’un salon) a fait ressortir de nos archives cet ignoble document.

YWc

Si dans le 11ème numéro d’Inspire (Celui que les Services Secrets US avaient attaqué, NDRL zataz.com] il était possible de « lire » des articles sur les deux assassins de Boston ; de l’assassinat d’un jeune militaire à Londres ; un « message au peuple américain » ; des publicités pour une vidéo de « martyrs » !

Dans le numéro 10 d’Inspire, un article sur la France au Mali, un pamphlet sur le tueur de Toulouse, Mohamed Merah et un top 10 des personnes à tuer, ou à enlever,  en priorité. Dans la liste, à côté de Lars Viks et Salman Rushdie, Stéphane Charbonnie [Charb, NDRL zataz.com] le directeur de publication de Charlie Hebdo.

Les djihadistes français dans la ligne de mire sur Internet

Septembre 2013, un internaute Normand de 26 ans était arrêté pour avoir animé un site Internet dédié aux djihadistes. Il a été accusé d' »apologie du terrorisme« . Il était l’un des modérateurs/contributeurs, depuis 2012, d’un site web proposant des informations sur des Fātāwa et Jihād. Abû Siyâd, son nom sur ce site web, avait aussi traduit en Français les deux derniers numéros en date d’Inspire. Des versions diffusées sur plusieurs espaces de stockage basés en France.

Romain, le prénom du jeune homme, s’était converti quelques mois auparavant. Dans l’une des vidéos trouvées sur Internet, l’internaute expliquait être « tombé amoureux des djihadistes« . Ce gestionnaire du site Ansar al-Haqq (portail toujours en activité, ndlr) a reconnu être l’un des animateurs de cet espace numérique de la mouvance islamiste radicale. Un site qui était hébergé, à l’époque, au Pays-Bas.

Poster un commentaire