Base de données Peugeot France diffusée dans le blackmarket ?

Le Service Veille ZATAZ a mis la main, il y a quelques jours, sur une base de données contenant plus de 46 000 mails. D’après le pirate, il s’agirait de clients du groupe automobile Peugeot France.

Difficile, pour le moment, de savoir d’où sortent les 2 974 fichier CSV. Des documents courant sur une période de mars 2010 à mai 2018. Chaque fichier comporte plusieurs dizaines d’adresses mails pour un total de plus de 46 000 internautes.

Des clients ? Le pirate indique que oui, sans en indiquer la source exacte. La grande majorité des adresses sont françaises. Certains fichiers comportent des adresses en .ru (Russie).

Les données en question auraient été volées au groupe automobile Peugeot France.

Ce même pirate s’est attaqué au site web Book Publishing. L’éditeur de livre personnalisé a perdu 1 840 fiches clients.

Déstabiliser et tenir la réputation des entreprises ?

[Mise à jour 13/05/2019 – 11h] – Alors que la base de données retrouvées dans un black market n’affichait pas sa source, il s’avère que son point de départ est une action d’un groupe « d’hacktivistes » : Iz Naye.

Ils se disent Russes ou originaires d’Amérique du Sud [Philippines ?]. Des internautes que l’on retrouve dans des « hacks » de sites Péruviens, Brésiliens, Colombiens….

Ils participent aussi à des opérations de type « anonymous » comme lors de l’op Vietnam, il y a quelques semaines.

Opportunistes surfant sur les manifestations et troubles politiques régionaux pour s’attaquer aux sites faillibles des pays concernés. Des pirates qui signent leurs actes « Где есть воля, там есть путь.« , traduisez « Là où il y a de la volonté, il y a un moyen. »

La base de données présumée appartenir à Peugeot a été diffusée la première fois le 1er mai 2019 par ces « hacktivistes ». Elle aurait été volée sur le site Forum-peugeot.com en 2018.

Dans le cas de Peugeot, les cyber manifestants annoncent vouloir soutenir les gilets jaunes ! Étonnant, ils n’avaient jamais agit pour cette cause, auparavant.

Le 10 mai, ils se sont attaqués à l’espace Rhône Alpes du Ministère de la Culture. Un Spip qui va leur permettre d’extraire la base de données, et ce qui semble être l’administrateur du site.

Cinq jours auparavant, ils cachaient une image dans l’espace Sortie de l’Agglomération de Troyes.

Autres fuites, autres sociétés françaises

Dans un autre black market, le service veille ZATAZ en surveille plus de 4 000, plusieurs centaines de clients des boutiques Sephora. Le pirate commercialise 4€ l’internaute piraté.

Comme le montre la capture écran de cette boutique : mails, mots de passe, identités, adresse le dernier achat en date.

Impossible, à notre niveau, de savoir s’il s’agit d’informations dérobées dans des phishing ou via d’autres moyens malveillants.

En attendant, changer son mot de passe. Et assurez-vous de ne pas avoir le même « password » dans d’autres sites et outils web (webmail, …)

Le Service veille ZATAZ propose aux clients de Sephora de s’avoir, gratuitement, s’ils se trouvent dans cette vente malveillante. Pour cela, envoyé par mail : nom de famille et code postal à l’adresse sephora[ate]dataleak.exposed.

Poster un commentaire