L’assureur Alliance alerte des clients d’une exfiltration pirate de données

La société Alliance, un spécialiste de l’assurance, vient d’alerter une partie de ses clients à la suite d’une infiltration pirate. Pendant ce temps, en France, des escrocs téléphonent à leurs futures victimes pour parler placements immobiliers. ZATAZ vous explique.

Plus de 3 000 clients de l’assureur Alliance viennent d’être alertés par l’entreprise après la découverte d’une infiltration pirate. Cet été, des employés basés à Quebec auraient été piégés par un phishing.

Bilan, après la prise en main des boites mails des commerciaux, les pirates ont intercepté des informations de clients. Radio Canada explique que la collecte a permis de voler le nom et les produits financiers détenus par les clients. Dans certains cas, les numéros d’assurance sociale, les dates de naissance et les coordonnées bancaires.

L’entreprise, dont le siège social est à Québec, compte 4 millions de clients. L’enquête doit déterminer maintenant si les pirates n’ont pas utilisé cet accès pour piéger d’autres employés d’Alliance pour atteindre des informations plus nombreuses et plus sensibles.

Pendant ce temps en France : pierre papier … ciseau

Voici un exemple, parmi des dizaines que je possède, que peut mettre en place le pirate d’Alliance. Le cas que je vais vous citer dans ces colonnes vient de trois Français. Ils ne sont pas clients Alliance. Cette cyberattaque prend de l’ampleur.

« J’ai reçu un appel téléphonique d’une charmante femme » souligne mon témoin A (il a souhaité garder l’anonymat). « Elle connaissait mon identité, ma banque et … mes informations de placements immobiliers » indique mon témoin B. « Dans la conversation, elle m’a expliqué que les dirigeants en charge des SCPI ayant la gestion de mes placements étaient partis […] qu’ils avaient été remerciés pour mauvaise gestion […] L‘interlocutrice n’hésitait pas dénigrer le placement en question. »

Finalité de l’appel, expliquer aux interlocuteurs que cette mauvaise gestion a fait ressortir des taxes supplémentaires. Des frais que les cibles doivent payer rapidement pour éviter des pénalités. L’escroc proposera un moyen de verser la somme via un faux site ou tout simplement en fournissant un RIB qui permettra le transfert malveillant.

Du phishing à la fraude aux faux virements

Une Société Civile de Placement Immobilier (SCPI) collecte des fonds auprès de personnes souhaitant épargner dans la pierre. Un portefeuille uniquement composé de biens immobiliers.

L’attaque des escrocs est d’autant plus intéressante que mes trois témoins ne savent toujours pas comment les pirates ont pu avoir connaissance des informations liées à leurs placements. « On m’a réclamé 7 000€ » commente le témoin C. « J’ai contacté mon courtier, en colère… et il m’a indiqué que tout allait bien !« .

Voici cinq choix possibles (sur des dizaines) que le pirate a pu mettre en place pour  accéder aux informations personnelles de ses cibles.

1 – Accès aux comptes bancaires du client. Ce qui implique un phishing permettant d’intercepter les identifiants de connexion.

2 – Infiltration des webmails des chargés de clientèle. Pour les banques Françaises, à moins de piéger un ordinateur portable lors d’une connexion (à la maison), compliqué.

3 – L’achat, dans le black market, d’informations concernant les clients. (Cf.: ma capture écran dans cet article d’un espace pirate dédié à la vente de ce type de données volées).

4 – Phishing du compte mail du client. Les webmails deviennent des « clouds » pour par chers dans lesquels il est possible de retrouver des données sur la vie privées et professionnelles des cibles.

5 – Sauvegarde des données clients dans un cloud, un NAS dont la sécurité est… bancale.

6 – Poubelle physiques des victimes. Jeter un courrier postal à la poubelle… et le tour est joué pour la collecte d’informations.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Poster un commentaire