Single Gateway

Single Gateway : Opération Anonymous contre le gouvernement Thaïlandais

Des hacktivistes de la mouvance des Anonymous lancent l’opération Single Gateway en réponse aux lois considérées comme liberticides du gouvernement Thaïlandais.

Depuis le 26 décembre 2016, plusieurs opérations Anonymous baptisées Single Gatewayont été lancées à l’encontre du gouvernement Thaïlandais. Les hacktivistes souhaitent ainsi protester contre la censure imposée par la Thaïlande à ses ressortissants. Il faut savoir que dans ce sublime pays, il est illégal de critiquer le gouvernement, de dire du mal de l’armée en ligne ou encore de la famille royale. Violer ces règles et c’est directement la prison. Les Anonymous s’inquiètent d’autant plus que la junte militaire a promis des élections en 2017. « Mais qui osera commenter les élections » indiquent les cybers manifestants. Comment les médias peuvent-ils fournir au peuple thaïlandais une vision impartiale de la politique en Thaïlande si la peur d’exprimer des opinions impopulaires vous amènera en prison ?« .

Parmi les actions menées, un certain nombre de piratages informatiques comme celui du site du consulat de Thaïlande à Los Angeles [thaiconsulatela.org] ou encore le site de la Navy [navy.mi.th]. Dans ces deux cas,  infiltration et exfiltration de données privées et sensibles comme les mails de militaires.

Concernés par des action « Single Gateway » : le ministère des affaires étrangères et l’agence thaïlandaise de coopération internationale. Les deux espaces étatiques ont été piratés. Les cartes d’identité officielles et les cartes d’identité nationales des employés de l’AMF (Ministère des affaires étrangères) et de la TICA (Agence thaïlandaise de coopération internationale ont été diffusées. Soit plus de 3000 documents sensibles.

Le gouvernement thaïlandais a cependant précisé que ce n’était pas le serveur principal de l’AMF qui avait été visé.

Depuis la modification de la loi, en mai 2016, des voix tentent de se faire entendre sur la nouvelle censure de l’Internet local, le gouvernement peut faire fermer un site et écouter les communications privées sans une ordonnance du tribunal. Une loi votée définitivement le 16 décembre. Le lendemain, le site Internet de la police est bloqué par un DDoS. Le 19 décembre, le site Internet du Ministère de la Défense connaîtra le même sort. Le 23 décembre, c’est le Ministère du tourisme et des sports qui sera attaqué.

Mise à jour : La police thaïlandaise a arrêté 9 internautes qui auraient participé à l’opération Single Gateway. Le Vice-Premier Ministre et Ministre de la Défense Prawit Wongsuwan a déclaré que plusieurs autres arrestations doivent suivre.

Poster un commentaire